Poèmes sur mes oeuvres

Poème de Michel Lagrange sur l’univers de Cristina Marquès

SCULPTURALE ET CHORÉGRAPHIQUE

Remous savants des jeux d’énigmes 
Auxquels donner nos ambitions d’envol
Ou le fil bleu de nos mémoires

À la faveur des ruchers cristallins
C’est toute une chorégraphie d’abeilles
En suspension
Qui joue les sismographes
En direction des bouquets d’espérance

Ciel nuageux souple et chantant
Célébration des profondeurs
De la terre et du feu

Comme si des volcans sacrés 
Avaient inauguré une lave aérienne
En coulée vitreuse et pyroclastique
Imitant nos ardeurs

Atolls phosphorescents

Rubans qui se dénouent
Dans la virtuosité d’une écriture
Avec pleins et déliés
Autour de rien
Qui s’érige en noblesse

Chorégraphies des algues
Entrelacs des rubans 
Parois des labyrinthes

Il y a des courants aériens sous la mer 
Qui font penser à la rose des vents 

Parce que les fonds marins de ma vie
M’ont fait souffrir l’excès d’un désert abyssal
J’anime un nouveau monde
En massifs coralliens
Pour sublimer ma raison d’être

Sa création fait de l’artiste
Un enchanteur dont la matière originale
Est une odyssée sans interruption
Au profit d’horizons tirés de la légende

J’invente un matériau
Qui à son tour m’invente
Ainsi naît l’univers pluriel
Qui ressemble à des noces

Et les eaux de la mort
Ont raison de chanter
De toutes les couleurs-douleurs

Pas étonnant que les animaux soient en fleurs
Quand ils sont parcourus de sève
Et stylisés pour devenir
Des parvis de Lumière

Entre sa gangue et le filon de l’or
Une sculpture instaure une harmonie
Pour se porter à la hauteur 
Des courants d’air de l’au-delà

C’est un dialogue entre la matière et l’esprit 
Une célébration
Qui va plus loin que l’apparent

Selon les vœux conjugués de l’artiste
Et de son matériau
Un pacte en silence est conclu
Entre la forme et l’aventure
Entre l’espace et l’invention

La liberté d’une œuvre d’art
Est sa beauté-revanche

L’abstraction d’un bouquet
Le sauvera des saisons qui le fanent
Sculpté il joue avec ce qui n’est plus le temps
Mais qui aspire à demeurer

Ainsi la sculpture est une île 
Où ce que j’ai subi
Se transforme en bonheur 
Et dresse au-dessus de l’écume
Un jour de rédemption

C’est avec le plein ciel 
Que mes œuvres d’art font chorus

Ce qui est translucide invite la Lumière
À transformer l’œuvre en icône
À sanctifier la liberté de l’air
À danser avec l’Infini

Quand la matière est en chorégraphie
Elle en oublie sa pesanteur fatale
Et s’érige en personne 
À part entière
Vivante  

 — 14 Juin 2020